Après la Semaine Sainte et Noël, il s’agit de mon temps préféré de l’année : les semaines qui précèdent la Pentecôte. J’ai vécu l’effusion de l’Esprit à l’âge de 19 ans dans un contexte catholique charismatique, et cela a laissé en moi un goût très prononcé pour tout ce qui concerne le Saint Esprit, la troisième personne de la Trinité, trop souvent négligée. Cela a aussi influencé fortement ma manière de prier et ma liberté intérieure. J’imagine que ça correspond aussi à mon tempérament actif et créatif, mais j’apprécie vraiment cette dimension dynamique de Dieu : quand on parle de l’Esprit, on parle en termes de manifestation concrète, de transformation, de croissance, de nouveauté. Ça me rejoint grandement. Et plusieurs signes indiquent que l’Église de notre époque est appelée plus que jamais à vivre sous la mouvance de l’Esprit, particulièrement depuis Vatican II; l’Esprit fait vivre, la lettre tue. Pour certains, cela s’avère exigeant, particulièrement pour les gens qui ont besoin de la routine pour se sécuriser, les personnes résistantes aux changements parce qu’elles ont peur de perdre quelque chose. Pourtant, c’est l’inverse. Je n’aime pas la nouveauté pour la nouveauté. Nous ne sommes pas dans l’idéologie de marketing, ici. Cependant, je l’apprécie, cette nouveauté, quand elle est désirée par Dieu afin que nous continuions à lui être fidèle et à avancer dans la direction qu’il nous indique : Sa Volonté. On ne se situe jamais dans le superficiel et le cosmétique, avec le Seigneur. On parle de profondeur et d’authenticité. Oui, avancer courageusement, audacieusement, en contemplant l’horizon. L’inverse – faire du sur-place – s’accrocher au statu quo religieux, c’est ne pas connaître Dieu et son Énergie créatrice. C’est choisir le dépérissement et la mort.
Je dis que c’est ta fête, oui, ma sœur, mon frère, parce que la Pentecôte marque la naissance de l’Église. Et tu es membre de cette Église voulue par Christ. Tu es disciple-missionnaire au sein de ce peuple formé et envoyé par Dieu. Le jour où l’Esprit a été répandu sur les apôtres, il y eut comme une ‘explosion’ de passion amoureuse pour l’humanité, bien au-delà des frontières religieuses ou géographiques. Les structures religieuses désuètes ont éclaté afin que l’Esprit divin soit donné à toute chair! Joie débordante! On a compris que cela n’était pas réservé à une seule nation. La face de la terre en a été progressivement transformée. Et cela nous parvient aujourd’hui grâce à une multitude de témoins qui ont ouvert leur cœur et leur âme à cette Puissance Créatrice bienfaisante et sans limites.
La fin de semaine prochaine, nous vivrons donc la Pentecôte à toutes les messes, particulièrement à 10h30. Nous célébrerons avec une grande intensité le don, la présence, la manifestation, les fruits du Saint Esprit, qui se vivent maintenant avec encore plus de force que dans le passé, parce que cela s’avère nécessaire à la suite de la grande Histoire Sainte! Je caressais un rêve depuis des années : une fête internationale de la Pentecôte. Nous y arrivons, cette année. Merci de vous impliquer et d’entrer dans la Fête avec moi! J’invite toutes les nations présentes dans notre assemblée à apporter le drapeau (ou une grande illustration de celui-ci) de leur pays d’origine, et si possible, porter un costume représentatif. Enfin, merci de contribuer au petit goûter d’après-messe par un mets ou un dessert typiques. Nous célébrerons la beauté de la diversité des cultures, que nous confierons à l’action de l’Esprit qui, à travers nous, se déversera sur tous les peuples sous le soleil, en commençant par nos proches et notre communauté chrétienne.
Nous vous demandons de nous signaler votre participation en remplissant le coupon (voir présentoirs) ou en appelant au presbytère (514-642-4980).