Nous entrons dans le mois du rappel de la campagne de dîme 2018. Il nous reste à peine trois mois pour atteindre notre objectif de 60,000$. Nous en sommes loin, pour le moment… Plus que jamais, il est important que chacun comprenne sa responsabilité financière vis-à-vis sa paroisse.

Une réalité : les premiers responsables de la santé financière d’une communauté chrétienne sont les usagers des services offerts, qu’ils soient réguliers ou occasionnels. Chaque personne qui fréquente notre église doit se poser la question, devant Dieu : est-ce que je donne suffisamment, selon mes moyens? En toute vérité et conscience, est-ce que j’offre ‘la part de Dieu’ qui convient? Faisons un bilan de ce que nous possédons et dépensons dans d’autres secteurs de notre vie, et demandons-nous si nous partageons assez en Église.  Est-ce que je donne la même chose qu’il y a dix ans, alors que, suivant l’inflation, tout coûte de 10 à 20% plus cher qu’il y a une décennie? Ne me faudrait-il pas ‘indexer’ mes dons à la hausse, à ce moment-ci? La cause est noble et très importante. Il s’agit du salut du monde et, concrètement, de la vie et de la mission d’une paroisse, donc d’un service que je me rends à moi-même, à ma famille, à des centaines d’autres personnes, et surtout au Seigneur qui compte sur mes efforts afin que l’héritage chrétien continue de se transmettre et de se développer dans notre milieu pour notre plus grand bonheur.

Je dois souligner l’excellente gestion que vos marguilliers font de vos sous. Vous avez sans doute remarqué la pro-activité de votre équipe élue, et les nombreux travaux et améliorations accomplis dans votre église, votre presbytère et les salles de rencontres. Je les félicite pour leur dynamisme. Il n’y a pas de gaspillage de vos ressources, croyez-moi. Nous gérons ‘serré’ et allons à l’essentiel, comme pour le remplacement de la fournaise ou les réparations du perron, par exemple. Tout en préservant un ‘coussin’ pour les imprévus, nous ne sommes pas là pour accumuler mais pour vous offrir un lieu de culte beau, propre, sécuritaire et adapté aux besoins d’aujourd’hui, tout en offrant un salaire décent aux personnes de l’équipe permanente, sans oublier les services pastoraux auxquels vous avez droit et que nous travaillons fort à vous offrir, vous nos réguliers, mais aussi à toute personne qui fait appel à nous.

Parler d’argent en Église est devenu presque un tabou, chez nous. Pourtant, en-dehors de la religion, c’est un sujet permanent de nos préoccupations et de nos conversations. Comme pasteur, je ne crois pas avoir été harcelant à ce sujet, ni vos marguilliers. Alors, je vous demande de recevoir cet appel positivement et d’en tenir compte avec sérieux et respect. Cette communauté vous appartient; les équipes d’animation changent au fil des décennies, mais vous êtes les véritables ‘permanents’ de la place. Gâtez-vous! Donnez généreusement aux collectes hebdomadaires et à la dîme annuelle, cela vous sera redonné de bien des façons, c’est certain! Comme dit Jésus dans l’un des évangiles : ‘Dieu voit ce que vous faites en secret, il vous le revaudra!’ En son nom, et au nom de toutes les générations qui bénéficient de votre générosité, merci! «En Église, on sème et on croît!»