FUNÉRAILLES

PROCÉDURE SUGGÉRÉE LORS D’UN DÉCÈS
(cliquez sur les titres ou l’icône +)

1. Contactez votre paroisse d'appartenance.

•Lorsqu’une personne chère décède, veuillez contacter prioritairement votre paroisse pour nous aviser et vérifier les disponibilités pour la célébration. (Si personne ne répond, laissez un message sur le répondeur, nous vous rappellerons dans les plus brefs délais –le délai peut être un peu plus long si vous appelez dimanche PM et soir) Dès qu’un décès nous est signalé, nous informons la communauté pour qu’elle porte cette intention dans sa prière (aux messes, et sur notre Page Facebook).

2. Communiquez avec la Maison funéraire de votre choix.

•Communiquez ensuite le plus tôt possible avec le Salon funéraire de votre choix pour vérifier leur disponibilité (surtout si vous désirez un samedi…) et prendre rendez-vous.

3. Prenez rendez-vous avec nous.

•Vous pourrez ensuite passer au presbytère au moment convenu par téléphone pour régler les détails au sujet de la musique et du chant, les registres, vos attentes par rapport à la célébration, etc.

4. Les frais.

•Les frais 2017 sont de: 270$ + 120$ (si vous prenez chant et orgue; cela est facultatif) +50$ supplémentaires par heure si vous désirez recevoir les condoléances dans l’église avant la cérémonie.

5. Pour des funérailles sans messe.

•Les frais sont alors de 200$ (plus le cachet des musiciens-chantres, si vous désirez en avoir)

Pour nous, il s’agit d’une conviction: la fin de la vie terrestre n’est pas la fin de l’existence. Appuyés sur les promesses bibliques, nous croyons que grâce à Jésus Ressuscité, la mort est devenue un passage vers la Vie éternelle, cadeau d’Amour de notre Dieu.

En ce sens, nous croyons que tout fidèle défunt a droit à des funérailles à l’église. Baptisés en Jésus dans une église, nous terminons notre existence dans une église, lieu saint, sacré, hautement symbolique; lieu où habite la Sainte Présence eucharistique; lieu où se rassemblent régulièrement les Chrétiens pour célébrer leur foi.

Des funérailles à l’église prennent d’autant plus de sens si la personne décédée était pratiquante et appréciait le rendez-vous divin de la messe.

Nous comprenons qu’il peut sembler pratique de tout faire dans un même endroit, soit la Maison funéraire. Mais la personne aimée qui nous quitte ne mérite-t-elle pas que nous nous ‘dérangions’ un peu pour elle au moment de son départ?

Si vous désirez clairement avoir des funérailles chrétiennes dans votre église paroissiale (celle où vous habitez présentement ou celle qui est près du cimetière où vous avez un terrain), avisez-en votre famille verbalement et même par écrit (pas dans votre testament puisqu’il risque de ne pas être lu avant vos obsèques) dans vos dernières volontés. NOUS AVONS UN DOCUMENT À CET EFFET disponible sur demande, au presbytère (Gratuit. Vous le remplissez, le signez devant témoin; nous en faisons une photocopie que nous gardons en lieu sûr et dans la confidentialité. Vous pouvez, bien sûr, le modifier en tout temps ou nous demander de le détruire. Et aucuns frais sont engagés.)
Dans le diocèse de Montréal, il y a une politique à ce sujet: on demande aux prêtres de ne pas présider de messe de funérailles dans les Salons (Dans la mesure du possible, nous y allons pour rencontrer la famille et faire un moment de prière lorsque une célébration est planifiée pour l’église). Le lieu normal pour vivre une messe d’Adieu avec tout le rituel et toute la symbolique catholique est l’église, nous confirme l’Archevêque.

Annuellement, au DÉBUT NOVEMBRE, nous vivons les messes de la Douce Mémoire, en souvenir de nos bien-aimés défunts. Nous les présentons au Seigneur dans une cérémonie sobre, empreinte de dignité et de sens. Nous nommons solennellement les personnes qui ont eu leurs funérailles dans notre église depuis le 1er novembre de l’année précédente, mais nous incluons aussi, bien entendu, tous les défunts de nos familles, ainsi que les soldats tombés en guerre. Et nous entendons la voix de Dieu affirmer à notre coeur: ‘Viens, tu comptes pour moi, tu as du prix à mes yeux, et je t’aime!’ (Isaïe) -N’oubliez pas de mettre le son.