Quand on ajoute ce qualificatif, ça signifie habituellement que c’est très très bon! Un repas divin, un vin ou un dessert divins, etc. Cet été, je suis tombé sur ce titre intrigant: ‘Divine renovation / From a maintenance to a missional parish’. De quoi était-il question ? Ma curiosité a été piquée ! Je me doutais bien qu’on ne parlait pas de travaux de menuiserie. Je l’ai acheté pour les vacances et l’ai littéralement dévoré d’une couverture à l’autre !

Il s’agit d’un ouvrage enthousiasmant d’un prêtre-curé de Nouvelle-Écosse, passionné de Dieu, qui propose une approche radicalement nouvelle de la vie d’une paroisse : passer d’une pastorale d’entretien à une pastorale missionnaire. À ce propos, l’abbé James Mallon se situe tout à fait dans ce grand mouvement, ce  grand tournant,  qui devient un incontournable  à l’horizon de la vie ecclésiale universelle. L’impulsion nouvelle vient sans aucun doute de notre pape François qui ne cesse de nous inviter à sortir de nos zones de confort pour aller vers les périphéries. Dans le diocèse de Montréal, d’ailleurs, le projet proposé pour les prochaines années ira dans ce sens de la nouvelle évangélisation. Question de Vie, et non de nouveauté pour la nouveauté.

J’ai beaucoup apprécié le fait que le livre soit ancré dans l’expérience concrète d’une communauté chrétienne, et non une accumulation de belles théories bien ficelées mais non vérifiables sur le terrain. Le ton est familier et honnête. L’expérience puissante et transformante de cette paroisse (Saint Benedict, Halifax) peut sans doute bénéficier à tous ceux qui entendent l’appel à se lancer dans cette aventure, qui me semble urgente et vitale. (À SUIVRE)