Une expression qu’on entendait à une certaine époque, avec plus ou moins de bonheur, lors du Jour de l’An. Ça peut sembler prématuré de se souhaiter une bonne année à un peu moins de 4 mois de l’arrivée de celle-ci…  Alors, pourquoi ce souhait aujourd’hui?

C’est que s’amorce dans notre communauté la nouvelle année pastorale ; nous vivons la relance des activités reliées à notre vie ecclésiale. Cette année est un cadeau du Ciel. Nous nous la souhaitons très bonne, plus que jamais missionnaire, ouverte aux besoins de nos frères et sœurs du milieu, dynamique, créative, fraternelle, communautaire, épanouissante, fructueuse, sereine, source de croissance, évangélique, enrichissante, remplie d’Amour ; les mots me manquent… Notre thème annuel, pensé par le comité ‘messes familiales’ -«En Église, on sème.»-  exprime avec pertinence notre désir, comme famille spirituelle, de vivre à la manière de Jésus Christ et de rayonner, en apôtres, de ce qui nous habite et nous transfigure au quotidien. La question doit se poser : cela changerait-il quelque chose dans notre quartier si notre communauté chrétienne catholique disparaissait ? Pourriez-vous préciser en quoi et pourquoi? En ce début d’année, il m’apparait important d’y réfléchir. (À SUIVRE)